Le vieillard

from by AKERON

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

lyrics

Assis à la terrasse de ce café, je bois dans l’espoir de me relaxer en regardant les passants encore plongé dans leur rêve au moment où les travailleurs et le soleil se lève. Depuis quelque temps je ne dors plus beaucoup. Je suis réveillé chaque nuit par une étrange douleur au cou et sa m’angoisse donc je viens me recueillir ici pour m'apaiser un peu, pour oublier l’asphyxie dans la chaleur d'un whisky. Je déteste ce poison mais je n'ai que ça, cette serveuse qui m'apporte cette boisson avec un sourire. C'est incroyable comme elle est belle. Elle me rappelle cette époque où c'était moi qui étais beau. Où j'aurai tout fait pour pouvoir la conquérir, cette belle époque où je n'avais pas 75 ans ans les rides. Vieillir, triste et banal réalité. Je me demande dans son sourire si il n'y a pas un peu de pitié. Si je ne suis pour elle qu'un simple pilier de bar, qu'un client de plus attablé parmi les petit vieillard, qui ne sait que boire du soir au matin la liqueur de l'oublie. Elle me regarde comme un condamné qui va bientôt mourir et ça, oui ça, je ne le supporte pas. Ce regard de dégoût que l'on porte sur moi. Ce regard qui m'insulte, qui me rabaisse à ce que je ne veux pas être, un petit vieux gâteux dont la sagesse est partie faire la fête. Mais j'en ai rien à foutre qu'on me prenne pour un sénile.moi je sais qui je suis et je suis loin d'être débile. De mes 16 ans à ma retraite, moi, j'ai trimé à l'usine et vous osez me regarder ainsi mais mon dieu j'hallucine. Du respect pour la vieillesse, mais vous me prenez pour qui ? Vous ne savez pas ce que c'est de se sentir partir. Un petit vieillard en détresse, mais vous ne savez pas ce que je vie, vous ne savez pas ce que c'est de ne plus avoir d'avenir.

Laissez moi une dernière danse, une dernière chance. Encore envie de jouer, laissez moi une dernière manche. Mais la partie touche à sa fin et le temps fuit. Je n'ai plus de carte en main et je m'ennuie. Laissez moi une dernière danse une dernière chance. Encore envie de jouer, laissez moi une dernière manche. Mais la partie touche à sa fin et le temps fuit. Je n'ai plus de carte en main...


Il est tard, le soleil se couche et je vais faire de même donc j'appelle la serveuse me lève et paye l'addition. Toujours belle, même avec ses cernes et son air fatigué, je l'a regarde alcoolisé, sourire figé sur mon visage ridé. Mais elle ne me sourit plus donc je l'insulte et je m'en vais. Elle lui a bien sourit quand est partit cette anglais taillé en V. Moi j'ai envie d'amour que je suis bourré donc donnez en moi. Zigzagant sur le trottoir, je chante pour que les gens me voit, pour que les gens croient que je me fous d'être vieux que même en fin de vie je reste heureux. Leur faire croire que je suis un enfant joyeux dans la peaux d'un vieillard, leur faire croire que je me sens seul, peut-être, mais pénard et ils y croient, enfin je crois. Rien à foutre, allez, dansons la valse du bal perdu tout en chantant la chanson et mon corps tourne en rond. La vieillesse c'est superflue et la mort c'est une sale pute, je veux mourir sans être adulte. Me voilà en bas de chez moi. Je trébuche sur le palier. J'habite au 3ème, pas d’ascenseur, qu'un escalier. J'ai envie de vomir et j'ai la tête qui tourne. J'entre difficilement comme un enfants qui pousse une porte lourde. Je pose mes mains sur les murs du corridor qui me mènent à ces marches où je viens poser le pieds. Prêt à affronter une fois pour toutes cette effort, je m'agrippe à la rambarde et commence à m'élever mais dès la première marche je sens que mes jambes tremblent. Elles semblent ne pas supporter le poids de mon corps ramollit. Affaiblit, ma respiration augmente, mes poumons sifflent, chaque marches, une gifle de fatigue frappant mon cœur qui se crispe, mon cœur qui me crie que je n'irai pas plus loin. Allez putain ! Un peu de courage, il n'en reste plus que 20. J'irai jusqu'au bout même si la douleur me bouffe. Je ne suis pas un lâche qui fait demi-tour lorsqu'il souffre. À chaque marche j'étouffe mais je continue car j'ai ma dignité. Pas question de tourner les talons face à un escalier même si je sens mon sang se durcir, mes sens s'unir pour faire resurgir mes souvenirs dans un ras-de-marais. Avalé par mon passé, c'est alors que je vais mourir que le sens de ma vie m’apparaît. Je comprends que c'est pour tomber que les pommes poussent. Je comprends ce que je suis ce que nous sommes tous et je ris. Oui je ris si fort comme si je riais au nez de la mort qui m'arrache petit à petit de mon corps et je cris. Je cris comme un soldats constatant qu'il se bat une dernière fois, qui hurle en combattant. Viens ! Je t'attends, traverse ma poitrine. Ta douleur me pétrifie au point de ne plus vouloir vivre. Je lâche prise, mon cœur explose mais en tombant, je lève la tête au ciel dans le dernière espoir d'un mourant.

Laissez moi une dernière danse, une dernière chance. Encore envie de jouer, laissez moi une dernière manche. Mais la partie touche à sa fin et le temps fuit. Je n'ai plus de carte en main et je m'ennuie. Laissez moi une dernière danse une dernière chance. Encore envie de jouer, laissez moi une dernière manche. Mais la partie touche à sa fin et le temps fuit. Je n'ai plus de carte en main, soyez gentils.

credits

from Enfants de la lune, released March 19, 2017

tags

license

all rights reserved

about

AKERON Paris, France

contact / help

Contact AKERON

Streaming and
Download help